>
preparation concours internat 2011 - 2012
Accueil

Accueil

Plan du site

Plan du site.

Copyright

Copyright.

Copyright
Contact

Contact

Qui sommes-nous ?

Qui sommes

nous ?

Mentions

légales.

Copyright

Donations.

 

MemoBio
Recherche :

Toxoplasmose

I)                 Agent pathogène

Sporozoaire : coccidie intracellulaire : Toxoplasma gondii

Forme tachyzoïte : forme de croissant : 5-8 x 2-3µm, un complexe apical et un noyau granuleux
Forme bradyzoïte : structure proche de celle du tachyzoïte
Oocystes : 10-15µm, ovoïde, contient 2 sporocystes contenant chacun 4 sporozoïtes
Forme kystique 

II)              Cycle

Le chat (hôte définitif) se contamine par ingestion de kystes principalement présents dans les rongeurs et les oiseaux parasités.

Dans l’intestin du chat, les kystes libèrent des bradyzoïtes qui donnent des tachyzoïtes qui par reproduction sexuée vont former des oocystes libérés dans le milieu extérieur.

L’hôte intermédiaire (rongeurs, oiseaux, ovins, caprins, hommes …) se contamine par ingestion d’oocystes présent dans le milieu extérieur ou de kystes présents dans les tissus d’un hôte intermédiaire infesté.
Les oocystes ou les kystes ingérés libèrent respectivement des sporozoïtes ou des bradyzoïtes qui disséminent dans l’organisme sous forme de tachyzoïtes.
La réaction immunitaire neutralise le parasite qui reste s’enkyste dans le cerveau, l’œil et les muscles.

Lors d’une baisse de l’immunité, on peut avoir une réactivation de la pathologie.

Chez l’homme, la contamination a donc lieu
     - par ingestion de viande contaminée crue ou mal cuite (bovins, ovins, porc, volaille …)
     - par ingestion d’oocyste (eau ou aliments souillés)
     - par contact avec un chat contaminé ou sa litière

III)          Clinique

Incubation : 5-20j

A)       Chez l’immunocompétent

Fréquemment asymptomatique Adénopathie non douloureuse, non inflammatoire +/- asthénie, fièvre, myalgie … Guérison spontanée

B)        Chez l’immunodéprimé (VIH, cancer, immunosuppresseur, déficit immunitaire)

Réactivation des formes kystiques (chez le sujet VIH +, la réactivation apparait quand le taux des lymphocytes T CD4 est inférieur à 100/mm3)

Fièvre, arthralgie, atteinte cérébrale, cutanée, myocardique, pulmonaire, hépatique …

C)       Chez la femme enceinte

Une contamination fœtale ne peut avoir lieu que lors d’une primo-infection.
En début de grossesse, le risque de contamination fœtale est faible, mais les lésions sont graves alors qu’en fin de grossesse, les lésions fœtales sont bénignes mais plus fréquentes.

IV)          Diagnostic biologique

A)       Diagnostic sérologique

La sérologie toxoplasmose est obligatoire lors de la déclaration de grossesse. Il est conseillé de faire une sérologie lors du désir de grossesse si elle n’a pas été réalisée ou si elle était négative avant.

Chez la femme enceinte :  

sérologie toxoplasmoseMemoBio©

B)     PCR, inoculation à la souris

Réalisé à partir des prélèvements de liquide amniotique, de sang de cordon ...

V)             Prise en charge d’une séroconversion au cours de la grossesse

prise en charge séroconversion toxoplasmoseMemoBio©

VI)          Prise en charge du nouveau-né  

prise en charge nouveau né toxoplasmoseMemoBio©

VII)        Prophylaxie

La viande doit toujours être mangée bien cuite (les viandes fumées ou salées et les charcuteries peuvent contenir des parasites)
Les fruits et les légumes doivent être bien lavés
Se laver les mains avant de manger quelque chose
Se laver les mains après avoir toucher de la terre ou de la viande crue
Ne pas manipuler la litière des chats
Porter des gants pour jardiner

Chez l’immunodéprimé déjà contaminé par la toxoplasmose, on instaure un chimioprophylaxie par Malocide® ou Bactrim® lorsque le taux de lymphocytes T CD4 devient inférieur à 300/mm3