>
preparation concours internat 2011 - 2012
Accueil

Accueil

Plan du site

Plan du site.

Copyright

Copyright.

Copyright
Contact

Contact

Qui sommes-nous ?

Qui sommes

nous ?

Mentions

légales.

Copyright

Donations.

 

MemoBio
Recherche :

Dyslipidémies : interprétation

I)    Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaire 

Facteurs de risque
Score
Age : >50ans pour l’homme et >60ans pour la femme + 1
ATCD familiaux de maladies coronaires précoces : IDM ou mort subite chez un parent du premier degré de sexe masculin de moins de 55ans ou de sexe féminin de moins de 65ans + 1
Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans + 1
Hypertension artérielle permanente, traitée ou non + 1
Cholestérol HDL < 0,4 g/l + 1
1 facteur protecteur : cholestérol HDL > 0,6g/l - 1

II)     Calcul de la cible du cholestérol LDL

Catégories de patients
Cible du cholestérol LDL
Absence de facteur de risque < 2,2g/l (5,7mmol/l)
1 facteur de risque < 1,9g/l (4,9mmol/l)
2 facteurs de risque < 1,6g/l (4,1mmol/l)
> 2 facteurs de risque < 1,3g/l (3,4mmol/l)
Antécédent de maladie cardio-vasculaire < 1g/l (2,6mmol/l)

Attention, la prise en charge du sujet diabétique ne suit pas exactement les mêmes critères :
prise en charge de la dyslipidémie du sujet diabétique

III)    Facteurs de risque n’influençant pas la cible de chol-LDL

- Apo B

Seuil 0,9g/l : elle serait un meilleur marqueur que le cholestérol LDL

- Lp a 

LDL dont l’apoB100 est liée par un pont disulfure à une apoprotéine (a) dont la structure est proche de celle du plasminogène (inhibition compétitive de la transformation du plasminogène en plasmine à influence prothrombotique) : son taux est défini génétiquement, c’est un facteur de risque indépendant de maladie cardio-vasculaire (seuil : 0,3g/l)

- TG

2 seuils sont proposés en fonction des études : 2,20g/l ou 1,5g/l

- Hyperuricémie

- Hyperhomocystéinémie

Elle peut être limitée par l’apport alimentaire de B9 et de B12

- Fibrinogène, CRP

Ces différents facteurs ont à l’heure actuelle une place limitée dans la prise en charge de l’hypercholestérolémie.

IV)    Conclusion

- La réalisation d’un bilan lipidique n’est pas justifiée au delà de 80ans

- Si le bilan lipidique est normal : TG < 1,5g/l (1,7mmol/l), LDL-cholestérol <1,6g/l (4,1mmol/l) et HDL-cholestérol >0,4g/l (1mmol/l) : il ne sera pas répété plus d’1 fois tous les 5 ans (sauf en cas d’apparition de nouveaux facteurs de risque cardio-vasculaire, d’augmentation importante du poids, modification des habitudes alimentaires …)          

- Le bilan lipidique est à interpréter en fonction du nombre de facteurs de risque de maladie cardio-vasculaire

- Devant un bilan lipidique perturbé : éliminer les causes de dyslipidémies secondaires : hypothyroïdie, syndrome néphrotique, IRC, cholestase, alcoolisme, iatrogène (corticoïdes, oestroprogestatif, â-bloquants, diurétiques …)

- Toujours traitement hygiéno-diététique en 1ère intention (sauf prévention secondaire ou risque de maladie cardio-vasculaire très élevé)