>
preparation concours internat 2011 - 2012
Accueil

Accueil

Plan du site

Plan du site.

Copyright

Copyright.

Copyright
Contact

Contact

Qui sommes-nous ?

Qui sommes

nous ?

Mentions

légales.

Copyright

Donations.

 

MemoBio
Recherche :

Diagnostic biologique de l'hypersensibilité de type 1

Les examens biologiques doivent être prescrits en complément d'un interrogatoire minutieux qui reste une étape fondamentale dans le diagnostic d'un état atopique.

In vivo
Etape de l’HSI
In vitro
Objectifs
ATCD familiaux ou personnels (dermatite atopique, conjonctivite, rhinite, asthme …) Eosinophilie NFS Caractérisation du terrain atopique
IgE totales Dosage des IgE sériques
IgE spécifiques Tests multiallergéniques de dépistage
- Tests cutanés
- Tests de provocation et tests d’éviction-réintroduction
- Tests par famille d’allergènes
- Tests monospécifiques
- Tests multiallergéniques à réponse quantitative par allergène
Identification des allergènes
Cellules - Test d’activation des basophiles (CD63)
- Tests de dégranulation des basophiles (CD203c)
Médiateurs - Test de libération d’histamine/LT-C4
- Dosage dans les liquides biologiques : histamine, tryptase …
Réaction  

I)     Diagnostic du terrain atopique

- Antécédents familiaux et personnels d’allergie

- NFS : eosinophilie > 4% (ou 0,4G/L)

- Dosage des IgE totales : les indications de ce dosages sont très limitées comme indiqué dans la nomenclature des actes de biologie médicale.
Augmentation physiologique annuelle jusqu’à l’adolescence : <10-20 UI/ml
Taux normal à partir de l’adolescence : <200-250 UI/ml

- Tests multiallergéniques non quantitatifs de dépistage (Phadiatop®, Alatop®)
Leur sensibilité est généralement faible chez les enfants de moins de 4ans.

II)  Identification de l’allergène

A) Interrogatoire

Circonstances de déclenchement ou de majoration des signes cliniques, caractère saisonnier …

B) Tests cutanés à lecture immédiate

          - Prick test : goutte d’allergène + piqûre au travers de la goutte avec une aiguille IDR (intra-dermo réaction) : injection intradermique directe de l’allergène
          - Scratch test : légère abrasion de la peau + dépôt de l’allergène sur la peau Lecture à la 15-20ème minute : mesure de la papule et de l’érythème La valeur prédictive des tests cutanés varie en fonction de l’allergène en cause, de l’âge, de l’origine ethnique et de la pathologie allergique du patient.

C) Tests d’orientation par groupes d’allergènes

D) Tests monospécifiques

Des antigènes recombinants sont de plus en plus utilisés : latex, arachide ....

E) Tests multiallergéniques à réponse quantitative par allergène

Valeur diagnostic bonne pour les pneumallergènes mais limitée pour les trophallergènes
Attention aux allergénicités croisées entre pollens et aliments.

ex : technique CLA®

 

Attention, la positivité d'IgE spécifiques d'un allergène correspond à une sensibilisation vis à vis de cet allergène mais ne permet en aucun cas de faire à lui seul le diagnostic d'une allergie clinique.

 

F) Tests d’activation cellulaire

Utilisés uniquement pour les allergènes pour lesquels il n’existe pas de tests cutanés et de RAST (Radio Allergo Sorbent Test) : certains médicaments et certaines substances biologiques.

NB : le terme RAST devrait être abandonné puisque les techniques actuelles n'utilisent plus de radioéléments.

G) Dosage dans les liquides biologiques d'histamine ou de tryptase

Ces dosages sont réalisés dans le cadre de choc anaphylactique.

H) Test in vivo d’éviction – réintroduction

Eviction plus ou moins longue de l’allergène suspecté puis suivi de sa réintroduction
Utilisé pour le diagnostic d’allergies alimentaires ou médicamenteuses en cas de doute à la suite des tests de 1ère intention.
Limité aux allergies peu sévères et aux allergènes ayant peu de caractère anaphylactogène.

C'est uniquement la somme des informations obtenues par l'interrogatoire, les tests in vivo et les tests in vitro qui permettra de définir un statut allergique.